Martin Carpentier – La SQ confirme le double meurtre et la trame des événements

Martin Carpentier – La SQ confirme le double meurtre et la trame des événements
L’inspecteur-chef Guy Lapointe, porte-parole de la Surete du Québec @ Montage Photo Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

C’est sans grande surprise que l’inspecteur-chef Guy Lapointe a confirmé en point de presse que les tristes évènements qui ont ébranlé le Québec dans une des plus intenses chasse à l’homme qui a conduit à la découverte de deux sœurs, victimes d’un double meurtre qui s’est soldé par le suicide du père de famille, Martin Carpentier.

Affaire Martin Carpentier : Point de presse de l’inspecteur-chef Guy Lapointe, porte-parole de la Surete du Québec @ Vidéo  Sûreté du Québec 

Les deux sœurs Norah Carpentier, 11 ans, et Romy, 6 ans, étaient déjà mortes le 9 juillet lorsque l’alerte Amber a été déclenchée, tout comme leur père, a confirmé l’inspecteur-chef Guy Lapointe

« Ça s’est déroulé très rapidement », a confirmé l’inspecteur-chef Guy Lapointe, porte-parole de la Sûreté du Québec, lors d’une conférence de presse alors qu’il a expliqué la séquence des événements. Selon l’enquête menée par les autorités, à partir de l’embardée sur l’autoroute 20 le 8 juillet et le déclenchement de l’alerte Amber, le 9 juillet, en passant par les découvertes des deux victimes jusqu’à la découverte du corps de Martin Carpentier qui mettait un terme aux recherches.

’Personne d’autre que Martin Carpentier n’est impliqué dans l’événement et le double meurtre ‘’, a confirmé l’inspecteur-chef Guy Lapointe, porte-parole de la Sûreté du Québec, ce qui conclut l’enquête au niveau des autorités, enquête qui est maintenaient confiée au bureau du coroner a-t-il ajouté lors du point de presse.

Lors du point de presse, la Sûreté du Québec a également confirmé l’identité du corps retrouvé lundi comme étant Martin Carpentier, qu’il s’agit d’un double meurtre commis par le père et que Martin Carpentier s’est lui-même enlevé la vie, a confirmé M. Lapointe.

Recherche Martin Carpentier © Photo Éric Beaupré Vingt55. Tous droits réservés.

L’enquête tend à démontrer que de façon contemporaine, que tout s’est passé rapidement.

Le soir du 8 juillet, Martin Carpentier au volant de sa voiture avec les deux fillettes a fait une embardée en voiture sur l’autoroute 20. Selon l’enquête la collision et la sortie de route n’étaient pas intentionnelles. Les experts en collision ont trouvé, selon l’enquête, des preuves qui démontrent que le père a tenté de reprendre le contrôle de son véhicule, a confirmé l’inspecteur-chef Guy Lapointe.

‘’ L’enquête démontre que Martin Carpentier s’est ensuite enfui en forêt avec ses filles blessées des suites de l’accident, il est entré dans la dépendance identifiée comme étant une roulotte à 1,7 km de l’endroit où il avait abandonné sa voiture’’ a ajouté M. Lapointe.’Des traces d’ADN confirment que ses filles étaient encore avec lui à ce moment, mais qu’elles ne seraient pas entrées dans la dépendance.

Toujours selon l’enquête, Martin Carpentier se serait éloigné à moins d’un kilomètre de la roulotte, où il aurait tué ses filles avec un objet contondant, confirme l’inspecteur-chef Lapointe.

Martin Carpentier aurait ensuite poursuivi sa route dans les bois, volé une échelle puis se serait enlevé la vie, à 5,5 km du lieu de l’accident survenu sur l’autoroute. Toujours selon l’enquête de la Sûreté du Québec et le résultat d’autopsie des corps des deux jeunes victimes et de Marin Carpentier, le tout était fini avant le lever du jour, a révélé l’inspecteur-chef Guy Lapointe.

Une rétrospective des opérations sera faite, assure l’inspecteur-chef.

« On ne peut pas être satisfait d’un événement où trois personnes ont perdu la vie. On souhaitait tous et toutes retrouver les fillettes en vie », a déclaré l’inspecteur-chef.

« Je veux en profiter pour remercier tous les gens qui nous ont transmis des informations, qu’elles se soient avérées fondées ou pas, saluant également le travail des bénévoles et médias qui ont rapidement relayé les informations», a-t-il ajouté.

Comme le principal suspect est mort, la police n’a plus d’enquête criminelle à poursuivre. C’est un coroner qui sera chargé d’enquêter sur les décès et de formuler des recommandations, a conclu l’inspecteur-chef Guy Lapointe.

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon