Mon commerce en ligne – Un nouveau programme visant à soutenir le virage numérique des PME du commerce de détail

Mon commerce en ligne – Un nouveau programme visant à soutenir le virage numérique des PME du commerce de détail
© Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

La Société de développement économique de Drummondville , en collaboration avec l’Association québécoise des technologies et d’autres partenaires, est heureuse de prendre part activement au lancement de Mon commerce en ligne , un programme d’envergure qui permettra à 5000 entreprises québécoises du secteur « commerce de détail de -100 employés » de prendre le virage numérique en bénéficiant d’un accompagnement encore jamais vu et en phase avec leurs besoins.

Afin de soutenir la mise en œuvre de cette initiative, les paliers fédéral et provincial du gouvernement ont accordé 18 M$ à ce projet.

« L’objectif est de contribuer à augmenter les ventes en ligne des détaillants québécois grâce à un accompagnement personnalisé favorisant le développement de compétences numériques et l’implantation d’outils technologiques performants », explique Mme Nicole Martel, présidente et directrice générale de l’AQT.

Mon commerce en ligne est l’occasion rêvée pour les commerçants d’amener leurs activités commerciales en ligne et de maximiser l’impact positif de leur transformation numérique.

Plus spécifiquement, l’AQT propose un accompagnement adapté aux commerçants québécois afin de dresser leur bilan numérique, compléter leurs connaissances et de mettre en œuvre des actions planifiées.

À terme, les responsables de ce programme prévoient d’importantes retombées économiques, notamment 44 M$ en investissements technologiques, une augmentation des ventes en ligne des commerçants du Québec ainsi que des impacts directs pour les entreprises technologiques québécoises.

Le projet de transformation numérique des détaillants

Concrètement, le programme MCEL s’adresse à tous les commerçants, peu importe leur stade de maturité numérique. Ainsi, ils sont éligibles s’ils sont à leurs premiers pas en matière de présence web autant que s’ils ont une boutique transactionnelle établie.

L’accompagnement offert inclut :

Dresser leur bilan numérique à l’aide d’outils de diagnostics intégrés ;

Compléter leurs connaissances à travers un parcours adapté à leurs besoins et leurs ambitions ;

Mettre en œuvre des actions planifiées avec le soutien de conseillers et fournisseurs qualifiés.

Prise de conscience

Au Québec, à l’aube de la pandémie, seulement 36 % des détaillants réalisaient des ventes en ligne, malgré un pourcentage élevé d’entreprises détenant un site Internet. La crise a eu un impact majeur sur les commerçants d’ici. Environ la moitié des détaillants (52 %) ont vu leurs ventes chuter depuis le début de la crise. Pourtant, les ventes en ligne ont explosé de 118 % au même moment.

Cet électrochoc a permis une prise de conscience : la nécessité pour les détaillants de prendre le virage numérique. Si le Québec s’améliore avec 44 % des détaillants qui réalisent maintenant des ventes en ligne, Mon commerce en ligne s’avère un outil précieux pour accélérer la numérisation des entreprises.

« À Drummondville comme ailleurs au Québec, il est primordial que les entreprises visées par ce nouveau programme emboîtent le pas. Au bout du compte, la pandémie a contribué à accélérer la tendance de la consommation en ligne, qui était déjà en croissance marquée, et les détaillants ont tout à gagner à profiter de cette proposition qui comprend des expertises très pointues, et ce, à un coût plus qu’abordable. Je suis certain que les commerces de détail saisiront cette chance de prendre le virage numérique et seront nombreux à s’inscrire », partage Alain Carrier, maire de Drummondville et président de la SDED.

 « À la SDED, nous nous sommes rapidement assis à la table afin d’attacher ce projet avec les autres partenaires et nous sommes très heureux du résultat. Les commerces de détail d’ici sauront assurément tirer profit de ce programme qui leur permettra d’augmenter leur visibilité et leurs ventes en ligne, et ce, peu importe à quelle étape ils se situent. Voilà une proposition payante pour tous ces détaillants québécois qui souhaitent accroître leur développement numérique », partage Maryse Fredette, directrice du secteur Commerce et services à la SDED.

Nombreux partenaires

Le programme Mon commerce en ligne est soutenu par de nombreux partenaires qui ont choisi d’unir leur expertise afin de faire progresser les détaillants québécois grâce au numérique. Mon commerce en ligne compte également sur le soutien du Conseil québécois du Commerce de Détail (CQCD), du Conseil canadien du Commerce de détail (CCCD) et de Mmode. Ce projet collaboratif témoigne de l’importance des détaillants d’ici pour l’écosystème économique québécois.

Qui est admissible ? Comment s’inscrire ?

Pour être éligible à ce programme MCEL, vous devez respecter les critères suivants :

Avoir moins de 100 employés ;

Avoir moins de 5 succursales ;

Être établi au Québec.

Les commerçants qui souhaitent en apprendre davantage ou qui sont prêts à s’engager pour réaliser une transformation numérique peuvent s’inscrire sur le site web de la SDED dès maintenant : https://www.sded.ca/commerce-et-services/mon-commerce-en-ligne.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon