Nouvelle identité pour la Galerie d’art Desjardins – DRAC, un saut dans l’art actuel !

Nouvelle identité pour la Galerie d’art Desjardins – DRAC, un saut dans l’art actuel !
© Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Forte de ses 43 années d’existence, des 675 expositions qui y ont été présentées et ayant accueilli plus de 575 000 visiteurs, la Galerie d’art Desjardins aborde l’ultime chapitre de sa transition vers l’art actuel en se positionnant sur l’échiquier national comme un centre d’art dont la nouvelle identité percute : DRAC – Art actuel Drummondville.

 

Catherine Lafranchise fait le point sur cette transition et les nouveautés qu’offrira DRAC @ Entrevue vidéo Eric Beaupré / Vingt55

Situé dans la région du Centre-du-Québec, DRAC diffuse fièrement l’art actuel en dehors des grands centres depuis 2018, notamment avec l’exposition Trash patentes, qui a été suivie par la série d’expositions issues de la résidence de commissariat eXcentrer réalisée en 2019-2020 en collaboration avec les centres d’artistes montréalais Arprim, CIRCA Art Actuel, Galerie B-312 et SKOL et qui a inauguré de façon officielle sa nouvelle mission.

Ayant une place de choix dans la Maison des arts Desjardins Drummondville, diffuseur pluridisciplinaire situé au point milieu entre Montréal et Québec, le centre d’art est abondamment reconnu par ses pairs. Des artistes de renom y ont exposé au fil des années. Nous pensons notamment au symposium international Jardins de sculptures de 1990, mais aussi aux expositions solos d’artistes majeurs dans l’histoire de l’art du Québec dont les deux expositions de l’artiste d’origine Drummondvilloise Rita Letendre en 1980 et 1998. Son apport à l’art actuel, en tant que femme peintre et artiste abénaquise, a été exceptionnel.

DRAC a également obtenu en décembre dernier, après plusieurs années de travail, l’agrément muséal du ministère de la Culture et des Communications. Un sceau de qualité convoité et une reconnaissance indéniable du milieu.

Afin de porter la mission de DRAC et ce positionnement affirmé en art actuel, le centre a à sa tête Catherine Lafranchise dont l’expertise, le leadership et la grande connaissance des enjeux stratégiques reliés à l’art actuel permettent de propulser ses projets. Originaire de Drummondville, Catherine Lafranchise revient au bercail avec une feuille de route impressionnante. D’abord diplômée en design de mode, elle s’est naturellement dirigée vers l’histoire de l’art afin de compléter un baccalauréat de l’Université de Montréal en 2013. Elle a par la suite complété un DESS en gestion d’organismes culturels pour ensuite poursuivre à la maîtrise en Management des entreprises culturelles à HEC Montréal. Forte de ces performances académiques impressionnantes, Catherine a peaufiné son expertise en œuvrant comme adjointe à la direction à la Galerie Trois Points à Montréal, puis par la suite à l’Association des galeries d’art contemporain (AGAC) à Montréal, où elle a occupé le poste de cheffe de projets durant 5 ans. Pendant son mandat, elle a entre autres organisé la foire Papier, la remise des prix Pierre-Ayot et Louis-Comtois de la Ville de Montréal et le Galeries Weekend Montréal, où elle a acquis une notoriété fort appréciée par les acteurs du milieu.

Un positionnement réfléchi

Catherine Lafranchise, directrice de DRAC, s’exprime ainsi : « Ce nouveau nom souligne l’audace de notre centre, en plus de faire une référence directe à Drummondville où il est situé. Nous avons choisi un nom accrocheur et distinctif pour que le milieu artistique se l’approprie. Cette nouvelle appellation nous permet de continuer notre mission de diffusion de l’art actuel et numérique en plus de nous positionner comme un lieu incontournable en art actuel dans la région du Centre-du-Québec. Pour que DRAC devienne porteur de sens et qu’on y bâtisse une communauté où l’art est accessible à tous, il était important pour nous que l’entrée demeure gratuite et que les discussions entre le public et nos médiatrices continuent de faire partie intégrante du quotidien. L’équipe de DRAC a préparé une programmation de haut calibre, avec plusieurs expositions d’artistes émergents et établis, des activités de médiation et des ateliers inspirés par nos expositions. En plus d’un tout nouveau site web qui lui est entièrement dédié, DRAC.CA, une première pour notre centre».

Une légitimité essentielle

Marie-Pierre Simoneau, directrice générale et artistique de la Maison des arts Desjardins Drummondville, poursuit : « Avec le nom DRAC, le centre d’art réaffirme son positionnement stratégique aux yeux de ses pairs, des artistes, de la communauté et des bailleurs de fonds, ce dernier étant en parfait accord avec sa mission actuelle et une continuité de l’histoire qui le caractérise. Ce nom représente aussi le vent de changement qui souffle sur le centre  depuis quelques années et je suis fière que l’équipe en poste l’incarne à 100%».

Mission

La mission de DRAC est de contribuer au développement des pratiques artistiques actuelles dans un cadre multidisciplinaire favorisant l’émergence de nouveaux savoirs tout en accordant une place prépondérante aux projets de partenariats et de collaborations ainsi qu’aux résidences. En présentant des œuvres accessibles et de qualité qui font écho aux communautés locales, DRAC conçoit et offre des activités de médiation qui participent au développement de ses publics et à l’émergence d’une communauté de pratique à Drummondville.

Mandat

DRAC a pour vision de contribuer à faire de Drummondville et de notre région un chef de file et un pôle incontournable en matière d’art actuel et numérique. Le centre souhaite faire connaître son approche singulière aux artistes et aux professionnels de l’art actuel et numérique du Québec, du Canada et de l’étranger.

Nous adressons un merci bien senti à l’équipe de Principal, studio de design stratégique, qui nous a accompagnés dans tout le processus pour en arriver à cette nouvelle identité.

Programmation DRAC – janvier à août 2022

De 1978 à DRAC

13 au 16 janvier 2022

Cette exposition éphémère et récapitulative présentera les moments marquants de l’histoire de la Galerie d’art Desjardins depuis les 43 dernières années. Créée en 1978, la GAD a été un important lieu de diffusion des pratiques d’artistes québécois et de la région. Profitez de ces quatre jours d’exposition pour revivre l’histoire de la galerie à travers des pièces d’anthologie et des souvenirs gravés dans nos mémoires. Au plaisir de vous la dévoiler!

the welling up which would not pass

Nabil Azab

22 janvier au 13 mars 2022

Dans cette exposition, l’artiste montréalais Nabil Azab vise à démonter l’hypothèse selon laquelle la photographie est un médium objectif et instantané. Avec un nouveau corpus d’œuvres initiées par une série récente d’images abstraites à grande échelle, the welling up which would not pass trouble la compréhension des images en tant que représentations stables du passé en proposant une temporalité qui leur est propre. Montrant des compositions distordues baignant dans des flaques de couleurs rougeoyantes, les images d’Azab regorgent d’émotions tout en parvenant à échapper à une signification singulière. À l’instar d’un rêve vif qui s’infiltre dans le subconscient pour hanter les heures d’éveil d’une journée, ses images s’attardent, obtenant un sentiment d’universalité grâce à leur ambiguïté. Plutôt que de dépeindre des fragments discrets d’un passé connu, leurs contours adoucis deviennent un hôte pour les fréquences affectives qui résonnent dans leur capture initiale en leur permettant de s’accumuler et de déborder dans le présent. – Danica Pinteric, autrice

Midnight Maps

Rebecca Munce

19 mars au 15 mai 2022

Rebecca Munce explore la pratique du dessin avec le médium de la céramique en créant des œuvres qui imitent les dessins encadrés. Produisant des surfaces de dalles d’argile attachées à un cadre réalisé dans le même médium, ses œuvres oscillent entre le tridimensionnel et le bidimensionnel. On retrouve dans ce nouveau corpus d’œuvres, tout comme dans la pratique de Munce en général, une narration naïve et des couleurs vives inspirées par la maïolique – faïence italienne de la Renaissance – et des encadrements de la même période. Cette exposition présente en partie des œuvres réalisées par l’artiste dans le cadre d’une résidence de création au Centre d’art Rozynski à l’hiver 2022.

Finissant∙es du programme d’arts visuels du Cégep de Drummondville

28 mai au 19 juin 2022

Depuis 2007, DRAC expose annuellement le travail des finissant.es en arts visuels du Cégep de Drummondville. Présentant des œuvres réalisées dans une grande variété de médiums, l’exposition collective regroupe des pratiques singulières qui font état des préoccupations de ces artistes aux balbutiements de leur parcours professionnel. Cette exposition est l’occasion de faire rayonner le travail de la relève en arts visuels de la région et de créer une première expérience d’exposition dans un contexte institutionnel.

La mer / In a blue while

Pavitra Wickramasinghe

Commissariat : Erandy Vergara

9 juillet au 28 août 2022

Pavitra Wickramasinghe présente l’exposition La mer / In a blue while, commissariée par Erandy Vergara. La grand-mère de l’artiste lui répétait lorsqu’elles allaient à la plage près de sa maison à Dehiwala au Sri Lanka : « Ne tourne jamais le dos à la mer ». Ayant vécu près de la mer toute sa vie, elle se souvenait de toutes les noyades qui s’étaient produites dans le quartier et se méfiait quand ils jouaient, alors enfants, sur la plage. Il est difficile de vivre près de la mer car elle a le pouvoir d’engloutir et de prendre possession de tout ce qui est à sa portée. La mer peut emporter des maisons entières, couler et ensevelir des bateaux, transformer les briques en petits cailloux et arracher les sandales à nos pieds. Cette exposition s’intéresse donc à la mer – un lieu à la fois occupé par les désirs, les espoirs et les rêves, mais aussi par le chagrin et le deuil.

Heures d’ouverture

Lundi : fermé

Mardi et mercredi : 13h à 17h

Jeudi : 13h à 20h

Vendredi et samedi : 11h à 20h

Dimanche : 13h à 17h

Entrée libre en tout temps

Accessibilité

L’édifice est accessible en fauteuil roulant. La Maison des arts Desjardins Drummondville possède la certification Kéroul.

Stationnement

Un stationnement gratuit est disponible à l’arrière du bâtiment et dans les rues avoisinantes.

DRAC remercie chaleureusement ses partenaires pour leur soutien: la Ville de Drummondville, le Conseil des arts et des lettres du Québec et la Maison des arts Desjardins Drummondville. DRAC est membre de la Société des musées du Québec.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon