RENDEZ-VOUS CINÉMA QUÉBEC À DRUMMONDVILLE – Un rendez-vous cinématographique qui gagne ses lettres de noblesse dès la première journée

RENDEZ-VOUS CINÉMA QUÉBEC À DRUMMONDVILLE – Un rendez-vous cinématographique qui gagne ses lettres de noblesse dès la première journée
© Photos de ce reportage : Éric Beaupré. | Tous les droits réservés.

DRUMMONDVILLE – La première soirée du Rendez-vous cinéma Québec avait lieu jeudi 22 février en soirée, événement qui se tenait pour la première fois à l’extérieur de la grande métropole et qui n’a pas manqué son entrée à Drummondville. Un tapis rouge réussi pour cette première journée et édition drummondvilloise qui a fait salle comble au cinéma Capitol de Drummondville.

 

Drummondville s’est donnée des aires hollywoodiens, tapis rouge de stars du cinéma, producteurs, tout y était pour cette première soirée des Rendez-vous. Une soirée qui a conquis tant par sa présentation que par les deux premiers films à l’affiche.

Une première soirée qui rejoints les attentes

D’entrée de jeux, les organisateurs ont tout mis en œuvre pour accueillir les spectateurs, les cinéphiles, les acteurs et les réalisateurs et, offrir ainsi une soirée à la hauteur d’un événement aussi important que celle du Québec Cinéma.

Les projecteurs étaient tournés vers le Cinéma Capitol qui les accueillait tous pour ce rendez-vous unique. Tapis rouge, entrevues avec les acteurs, photos et caméras, entrevues, rien n’a manqué pour cette exceptionnelle soirée d’ouverture.

Le premier film à prendre l’affiche «Pour vivre ici» en présence des artistes du film,  Sophie Desmarais, Amena Ahmad, Danny Gilmore et le réalisateur et scénariste, Bernard Émond

L’histoire d’une femme, Monique, jouée par Élise Guilbault, à l’aube de la soixantaine qui vient de perdre son mari. Elle voit sa vie basculer après la mort de celui-ci.

Le jeu des acteurs donne le ton dans un film ou le deuil de Monique prend vie dans l’imaginaire du spectateur qui suivra le deuil de Monique à travers sa vie de famille où les retrouvailles précaires et filialles entre Baie-Comeau et sa ville natale en Ontario sont tendues et qui nous plonge dans une histoire tracée à la limite du grand écran et de la réalité.

Le deuxième film «Et au pire, on se mariera», un film de Léa Pool, film qui n’a laissé aucun spectateur indifférent.

Aïcha, le rôle principal tenu par Sophie Nélisse, dans le rôle d’une enfant de 14 ans à l’aube de l’adolescence, tombe éperdument amoureuse de Baz (Jean-Simon Leduc), un homme qui a deux fois son âge. Un film habillement mené par la comédienne qui offre une solide performance auprès de la Drummondvilloise, Karine Vanesse sa mère, dans un rôle déchirant entre son rôle de mère, son travail et sa fille, tourmentée entre l’amour et ses désirs qui prend un tournant inattendu.

Un scénario remarquablement interprété et joué qui a tenu les spectateurs aux limites des émotions, dans un film touchant et déchirant.

Une rencontre avec les acteurs très attendue et réussie

Les spectateurs n’ont pas été déçus et ont eu la chance de pouvoir échanger avec les acteurs après les projections.

Des échanges directs qui ont permis de doubler le plaisir des cinéphiles alors que la générosité des acteurs sur écran se transportait parmi les spectateurs présents dans la salle.

Sophie Desmarais, Amena Ahmad, Danny Gilmore et le réalisateur et scénariste Bernard Émond ainsi que Sophie Nélisse, pour le second film, ont échangé questions et réponses, témoignant de leurs exercices de comédiens et comédiennes du 7e art, dans leur production respective. Des échanges et des réponses captivantes avec le public.,

Les spectateurs rencontrés à le sorite des projections n’ont pas hésité à parler d’un événement réussi et de films à la hauteur de leurs attentes.

Andrée Darcy rencontré à la sortie résumait bien cette soirée : « Un rendez-vous à ne pas manquer, du grand cinéma, de grands acteurs et actrices à la hauteur d’un rendez-vous Québec-Cinéma.

Drummondville une Ville qui sait recevoir, les acteurs n’ont pas fait mentir l’adage

Les acteurs rencontrés après la soirée ont apprécié leurs échanges avec le public drummondvillois.

« Les gens sont ici pour participer à ce rendez-vous unique mais aussi par amour du cinéma, un privilège de voir autant de gens rester après la projection, une salle comble pour échanger une expérience aussi agréable qu’intime et unique » s’entendaient à dire les acteurs.

Pour Alexandre Cusson, maire de Drummondville, présent pour cette soirée « Je suis fier de cet événement, de la réponse des citoyens de Drummondville. Les gens ont répondu à l’invitation, l’organisation de Québec-Cinéma, Tourisme et Grands événements Drummondville, tout comme la directrice du Cinéma Capitole, Annie Hamel également, peuvent être fiers de ce premier événement et cette soirée unique. Nous pouvons déjà nous avancer et souhaiter voir pareil événement revenir à Drummondville. » a commenté le maire à la sortie de la projection et de la rencontre avec les acteurs.

Une invitation cinéma avec plusieurs films et événements à ne pas manquer qui se poursuit à Drummondville

Le Vingt55 vous invite à vivre le cinéma au cours des prochains jour et vous invite à rencontrer les acteurs et le cinéma comme vous ne l’avez jamais vu. Pour consulter les horaires et les rendez-vous avec vos acteurs, pour échanger et découvrir les classes-acteurs consulter la programmation complète via : http://rendez-vous.quebeccinema.ca/la-une/trois-jours-de-cinema-quebecois-a-drummondville

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon