S’enlever la vie le 13 février pour recevoir des fleurs le 14 février, un défi irresponsable publié sur TikTok, un message de prévention des milieux scolaires et du CEPS Drummond

S’enlever la vie le 13 février pour recevoir des fleurs le 14 février, un défi irresponsable publié sur TikTok, un message de prévention des milieux scolaires et du CEPS Drummond
S’enlever la vie le 13 février pour recevoir des fleurs le 14 février : Un défi irresponsable publié sur TikTok, un message de prévention des milieux scolaires et du CEPS Drummond:@ Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55 Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Un défi vidéo pour le moins troublant a été diffusé sur TikTok, vidéo circulant et qui incitait les jeunes à faire une tentative de suicide ou mourir le 13 février pour recevoir des fleurs à la Saint-Valentin. Ce geste a été rapidement et vivement dénoncé par la santé publique au Québec et relayé au Centre de service scolaire des Chênes et intervenants de la région.

Ce défi troublant touche malheureusement au jugement, et un message d’information ainsi qu’une lettre de sensibilisation, offrant des conseils et des mesures de prévention à prendre, ont été transmis aux parents par la direction du Centre de service scolaire des Chênes. Différents établissements scolaires de la région ont également été interpellés sur cette problématique, liée à une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, notamment sur TikTok, cumulant de nombreux partages.

« Nous avons été informés hier vers 17h45 par la santé publique au Québec confirme et précise M Normand Page, directeur du Service des communications du Centre de services scolaire des Chênes entrevue au Vingt55 Nous avons pris la décision d’agir rapidement et de façon bienveillante envers nos élèves, en informant les parents par courriel de la situation », explique Normand Page. Il ajoute également et rappelle aux parents qu’il est important de rester attentifs et de prendre des mesures nécessaires au besoin. Il souligne qu’en cas de doutes, il est crucial de valider et de demander de l’aide.

Dans le courriel envoyé aux parents, la direction du Centre de service scolaire des Chênes rappelle l’importance pour ces derniers d’être attentifs face à la situation, aux messages des enfants et aux signes de détresse. Elle donne des conseils sur la marche à suivre en cas de signes inquiétants, tout en invitant les parents à ne pas hésiter à demander de l’aide si des signes étaient présents.

M Page insiste sur l’importance de ne pas alarmiste mais d’agir de manière responsable et bieneillante face à ce type de situation, rappelant également l’importance de ne pas banaliser le contenu et les messages virulents sur ce type de plateforme et les réseaux sociaux.Haut du formulaire. Il encourage également les parents à s’intéresser et à questionner ce que leurs enfants visionnent sur les réseaux sociaux de manière préventive.

Également informée de la situation, Sandrine Vanhoutte, directrice générale du Centre Écoute et Prévention Suicide, se dit sensibilisée par cette publication. Elle invite les parents à prendre en compte cette problématique avec vigilance et salue l’initiative de prévention du Centre de service scolaire des Chênes, qui a rapidement pris des mesures appropriées. Elle insiste sur l’importance de poser des questions franches et d’ouvrir la discussion avec l’enfant en cas de préoccupations.

Le Vingt55 rappelle les coordonnées afin de contacter en tout temps le Centre d’Écoute et de Prévention du Suicide pour obtenir de l’information ou de l‘aide et écoute est dsponible 24/7 à Drummondville.

Bien que peu de personnes ou de médias aient signalé avoir vu la vidéo en question, qui a peut-être été retirée du web, le message et la vidéo ont suscité des inquiétudes parmi les parents, qu’il s’agisse d’une blague de mauvais goût ou non, humoristique ou pas, la situation méritait d’être pris au sérieux du côté de la santé public qui a préféré prendre les mesures qui s’imposait

Des lecteurs du Vingt55 dénoncent l’inaction et le manque de responsabilité des géants du web ainsi que de notre gouvernement, qui ne propose aucune réglementation ni contrôle sur Internet.

Des vidéos invitant à des défis aussi dangereux que celui-ci circulent librement, touchant et pouvant affecter des personnes plus sensibles ou vulnérables. Les réseaux sociaux sont devenus une sorte de poubelle à ciel ouvert de contenu irresponsable et irrespectueux, sans qu’aucun contrôle ne soit mis en place, d’après plusieurs résidents de Drummondville. Ils souhaitent que les géants du web assument leur responsabilité et que le gouvernement canadien prenne des mesures pour offrir des espaces sûrs et sécurisés sur les réseaux sociaux.

https://cepsd.ca

CSSDC

Bonjour,

Nous venons d’être informé qu’un défi incitant les jeunes à s’enlever la vie le 13 février pour recevoir des fleurs le 14 février circule actuellement sur le réseau social TikTok.
Nous avons jugé important de vous prévenir rapidement puisqu’il s’agit d’un défi qui incite à passer à l’acte aujourd’hui.

Notre intention n’est pas de vous alarmer, mais simplement de vous informer de l’existence de ce défi afin que vous puissiez être à l’affût de tout comportement inhabituel chez votre enfant.

Ainsi, nous vous invitons à discuter avec votre jeune, à vous assurer qu’il se sente bien, à vous intéresser à ce qu’il visionne sur les réseaux sociaux.

Ce message est en un de prévention et de sensibilisation

À quoi être attentif, comme parent?

  • Il est important de savoir si votre jeune participe à ce défi ou s’il montre des signes de détresse, ou d’autres signes préoccupants, par exemple :
  • signes de détresse : isolement, pleurs fréquents, crises de colère, perte d’intérêt, anxiété, idées suicidaires, etc.;
  • autres signes préoccupants : adoption de comportements à risque de blessures physiques, comportements violents, fatigue inhabituelle, changements dans les habitudes d’utilisation d’Internet, discours en lien avec le défi, etc.

Quoi faire comme parent?

  • Écouter, sans juger.
  • Répondre, s’il y a lieu, aux questions de votre jeune sur le suicide ou la mort par suicide à partir des pistes suivantes :
  • vérifier auprès de lui si cet intérêt est en fait une demande d’aide;
  • expliquer que le suicide est souvent lié à des moments de détresse, des situations qui peuvent amener à voir le suicide comme une solution alors que de l’aide existe et que le suicide ne devrait pas être une solution
  • ne pas accroître ses connaissances sur les façons de se suicider;
  • s’assurer que le suicide n’est pas perçu comme un geste romantique, héroïque, inévitable pour mettre fin aux souffrances;
  • expliquer clairement que le suicide n’est pas une option;
  • promouvoir des attitudes positives de résolution de problèmes.

En cas d’inquiétude pour votre jeune : ne pas attendre et aller chercher de l’aide

  • Il est particulièrement important s’il vit des difficultés, s’il a des troubles de santé mentale ou s’il est vulnérable au suicide :
  • d’interpeller un professionnel formé ou un intervenant en prévention du suicide;
  • de composer la ligne provinciale d’intervention en prévention du suicide au 1 866 APPELLE (277-3553)
  • de contacter le service de consultation psychosocial Info-Social au 811 option 2.
  • Site internet à Drummondville :le Centre d’Écoute et de Prévention du Suicide Drummond (CEPS_
  • Dans d’autre régions : suicide.ca

Ces services sont accessibles gratuitement 24 h/24, 7 jours/7.

Nous vous rappelons toute l’importante d’agir avec vigilance et bienveillance.

Certains pourraient minimiser les impacts d’un tel défi, mais notre organisation préfère agir en prévention et en sensibilisation.

Merci de votre collaboration.

Normand Page
Secrétaire général
Directeur du Service des communications
Directeur de la gestion documentaire
Responsable du traitement des plaintes
Responsable de la protection des renseignements personnels

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFILE

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon

Installez l'appli Vingt55

Installer l'appli Vingt 55
×