Un canular à l’origine du vaste déploiement policier et confinement barricadé à Saint-Germain-de-Grantham

Un canular à l’origine du vaste déploiement policier et confinement barricadé à Saint-Germain-de-Grantham
Confinement barricadé à Saint-Germain-de-Grantham © Photo Éric Beaupré Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

L’opération qui a forcé le confinement de quelques centaines d’élèves des écoles Jésus-Adolescent et Roméo-Salois à Saint-Germain-de-Grantham et des enfants du service de garde à Saint-Germain en raison d’une dame possiblement armée pourrait être lourde de conséquences pour deux jeunes étudiants qui sont passés aux aveux aux enquêteurs de la Sûreté du Québec au dossier.

Confinement barricadé à Saint-Germain-de-Grantham © Photo Éric Beaupré Vingt55. Tous droits réservés.

Le vaste déploiement et l’intervention des dizaines de policiers aura inquiété quelques centaines de parents alors que leurs enfants étaient confinés et barricadés par mesure préventive après que deux élèves aient informé le professeur et la direction d’école qu’une dame âgée, possiblement armée, circulait près des classes de musique de l’école, s’est finalement avéré être non fondée et un canular inventé par deux élèves de l’école Jésus-Adolescent, ceux-ci ont dû faire face à la musique et aux musiciens…

Un aspect négligé dans le scénario des deux élèves, l’enquête des policiers

En effet, les deux jeunes élèves croyaient voir leur histoire prendre fin avec la fin des recherches et le déconfinement de leurs camarades. Les deux scénaristes en herbe ont vu les policiers et enquêteurs de la Sûreté du Québec leur offrir un tout autre scénario. Ceux-ci les ont conviés au bureau des enquête de la Sûreté du Québec du boulevard Foucault afin d’obtenir leurs versions.

Séparés pour la prise de déposition et fin d’enquête, les deux jeunes élèves se sont rapidement retrouvés devant des enquêteurs qui en avaient vue d’autres, confrontés à leurs versions et explications, les enquêteurs ont tôt fait d’obtenir leurs aveux à l’effet que la vieille dame au manteau rouge armée d’un fusil n’était rien d’autre que le fruit de leur imagination.

L’intervention rapide de la direction aura forcé le confinement des élèves et le vaste déploiement de policiers et enquêteurs qui ont tenté de localiser une présumé dame armée, qui n’aura donc existé que dans l’imagination un peu trop débordante de deux élèves.

En effet, contactée par le Vingt55 en début de soirée, la Sergente Audrey-Anne Bilodeau, relationniste de la Sûreté du Québec, confirmait cette hypothèse et revirement de situation.

Le Centre de services scolaire des Chênes met à la disposition un service de soutien aux élèves et membres du personnel qui pourraient en faire la demande au besoin, a précisé le responsable des communications, Bernard Gauthier.

Pour le moment, les enquêteurs devront rencontrer les parents et la direction scolaire afin de fermer le dossier. Des sanctions pourraient être prises contre les deux jeunes élèves qui pourraient devoir faire face à la musique et aux conséquences que pourraient leur imposer le Service de police et la direction scolaire.

Confinement barricadé à Saint-Germain-de-Grantham © Photo Éric Beaupré Vingt55. Tous droits réservés.

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon