Un jeune couple demande de l’aide pour fonder sa famille

Un jeune couple demande de l’aide pour fonder sa famille
Photo offerte | Frédérick Demers et Audrey Bédard préparent déjà leur chambre d'enfant en vue de fonder un jour leur petite famille.

DRUMMONDVILLE

Un jeune couple recueille et répare déjà des accessoires de bébé dans l’espoir de fonder un jour sa petite famille… un rêve tristement compromis à cause de problèmes de fertilité.

Audrey Bédard et Frédérick Demers sont en couple depuis 9 ans. Depuis leur rencontre, ils partagent le désir commun d’avoir des enfants. Cependant, leur rêve ne s’est pas encore concrétisé à cause des problèmes de fertilité de M. Demers.

«Après toute une série de tests médicaux et de nombreux délais, le verdict est tombé : les spermatozoïdes contenus dans le sperme de mon conjoint sont viables et mobiles, mais insuffisants en nombre», a écrit Mme Bédard sur le site www.gofundme.com.

«Toutes les fois que j’ai mes menstruations, c’est comme un échec. Ce n’est pas l’fun moralement», partage-t-elle.


Le couple a effectué quatre tentatives d’insémination à l’Hôpital Sainte-Croix de Drummondville, qui demandent un suivi rigoureux. Mme Bédard doit prendre régulièrement la température de son corps pour connaître ses périodes de fertilité, effectuer les tests d’ovulation, etc. À ce jour, les démarches n’ont donné aucun résultat.


Jusqu’au bout

En janvier prochain, cette femme de 28 ans pourra reprendre les essais puisqu’ils ont droit à neuf tentatives au total. Le couple est déterminé à essayer jusqu’au bout.

Il a aussi prévu un «plan B» pour maximiser ses chances. Il s’est inscrit à une clinique de fertilité in vitro, qui permettrait de procéder à la fécondation en laboratoire. Comme ces services sont offerts au privé seulement, la facture s’élève à plus de 10 000 $ pour une seule tentative.

«Quand on a vu le montant, on a fait le saut», exprime celle qui rêve plus que tout de devenir maman.

Un remboursement partiel est alloué dans le cadre d’un crédit d’impôts qui est fixé à partir des revenus des conjoints. Leurs parents promettent également de les aider, selon leurs capacités.

Malgré ce soutien, les deux Drummondvillois devront assurément s’endetter, ce qu’ils sont prêts à faire pour fonder leur famille. Toutefois, ils font appel à la générosité de la communauté pour leur donner un coup de pouce financier.

Si jamais l’insémination fonctionnait, l’argent amassé servirait à poursuivre les démarches in vitro pour avoir un deuxième enfant.

Dans le pire des cas, les deux amoureux se tourneront vers l’adoption.

«On y pensera seulement après avoir fait toutes les autres démarches», spécifie M. Demers, âgé de 29 ans.

Chose certaine, jamais le couple n’a remis en question ce projet de famille, malgré ses difficultés.

«Ça serait un deuil de faire une croix sur la possibilité d’avoir un enfant», assure Mme Bédard.


Pour faire un don:  Gofundme.com/fertilitefred

Vous avez une nouvelle d’intérêt à partager ?


Si vous connaissez des hommes ou des femmes, des gens d’affaires de votre communauté, de votre quartier, qui méritent que l’on parle d’eux, faites-le nous savoir en nous faisant parvenir un texte avec les coordonnées des personnes concernées à nouvelles@vingt55.com  ou appelez la salle de nouvelles au 819 870-2930 poste 2 entre 9 h et 16 h.


 © VINGT55, MÉDIA WEB, CENTRE-DU-QUÉBEC


La Rédaction
La Rédaction
CONTRIBUTOR
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon