Danny Abel reconnu coupable de crimes sexuels sur un mineur

Danny Abel reconnu coupable de crimes sexuels sur un mineur
Danny Abel reconnu coupable de crimes sexuels sur un mineur © Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Danny Abel a été trouvé coupable, au palais de justice de Drummondville, de crimes sexuels sur un jeune garçon âgé de moins de 16 ans.

 Danny Abel reconnu coupable de crimes sexuels sur un mineur © Crédit vidéo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

Le résident de Sainte-Perpétue était accusé d’avoir eu des contacts sexuels envers une personne âgée de moins de 16 ans et d’avoir rendu accessible du matériel pornographique et sexuellement explicite à sa victime soit, une personne âgée de moins de 16 ans.

Une relation et des gestes à caractère sexuel qui ont duré plusieurs mois.

Le Vingt55 a assisté au procès de l’accusé, où la victime, un jeune homme, dont l’identité et le lien avec l’accusé sont gardés confidentiels en raison d’une ordonnance du tribunal, a raconté les nombreux sévices sexuels dont il aurait été victime aux mains de l’accusé, Danny Abel.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre lors du procès, Abel aurait d’abord établi un lien de confiance avec la jeune victime. Le jeune homme a expliqué comment Danny Abel, qui tenait une fermette et une famille d’accueil lors de la période visée par les accusations, a réussi à obtenir de lui de nombreuses relations sexuelles. L’accusé lui aurait, à deux reprises, selon le témoignage, fait regarder des films pornographiques à connotations lesbienne, hétérosexuelle et homosexuelle.

Le jeune homme a relaté de nombreux événements à caractère sexuel.

À un moment, l’accusé aurait indiqué à la victime que les relations entre hommes étaient mieux. Lors des deux premiers jours du procès, qui ont eu lieu à Drummondville, le jeune homme a relaté de nombreux événements à caractère sexuel qu’il avait subis. « Au début, étant jeune, je ne comprenais pas trop, je croyais que c’était normal », avait témoigné le jeune homme, qui était âgé de moins de 16 ans au moment des agressions alléguées. « Il disait m’aimer, il a commencé par me complimenter, pour ensuite me flatter les fesses par-dessus mon pantalon, et puis, il m’a embrassé », a affirmé le jeune homme en expliquant la chronologie des événements et la gradation des agressions qu’il aurait subies.

Interrogé par la procureure de la couronne, Me Magali Bernier, le jeune homme a expliqué, dans sa version des faits, que l’accusé l’avait ensuite graduellement, à différentes occasions, incité à des échanges sexuels, jusqu’à des relations sexuelles complètes, évoquant les séances de masturbation, fellation qu’il aurait subie. Les événements à caractère sexuel avaient lieu à répétition et plusieurs fois par semaine, selon les faits rapportés par le jeune homme.

Il nous fait extrêmement plaisir de vous présenter les finalistes de l’édition 2021-2022 du Concours Élan CAE Drummond

Les agressions ont eu lieu autant dans la demeure de l’accusé qu’à d’autres endroits appartenant à l’accusé, notamment une ferme d’élevage d’animaux de ferme et de chiens, ainsi que dans un presbytère en rénovation, endroit où l’accusé aurait initié le jeune homme à des rapports sexuels complets. « Un jour, ce fut à mon tour ‘’de le prendre’’ à sa demande. » L’accusé aurait par la suite invité le jeune homme à explorer d’autres gestes sexuels afin de satisfaire ses besoins et d’entretenir une relation amoureuse, comme l’a également exprimé le jeune homme lors de son témoignage.

Danny Abel a toujours nié les faits reprochés

Lors de son témoignage, en présence de son avocate, Me Kim Dingman, l’accusé Danny Abel, également connu dans la région comme psychologue, a nié les accusations alléguant que le jeune homme était lui-même tombé amoureux de lui et que les accusations étaient le fruit de l’imagination du jeune homme.

La procureure de la couronne, Me Magali Bernier, a, lors du procès, mis en lumière les faits reprochés et a souligné que l’accusé n’avait pas complété sa formation de psychologue, que la version de la présumée victime avait permis, de façon précise, d’établir les très nombreuses agressions qu’il aurait subies et que les quelques contradictions périphériques sur des détails ne minaient en rien la chronologie et les faits reprochés.

Abel a toujours nié les faits, Il avait également indiqué qu’au moment où s’est terminée la relation avec la présumée victime, il avait fait parvenir au jeune homme des échanges de courriels dans lesquels il relatait qu’il l’aimait très fort, s’ennuyait et lui envoyait des câlins. Des propos, que la procureure de la Couronne avait mis en lumière et qui ne concordaient pas avec le portrait qu’il tentait de dresser de sa relation avec le jeune homme.

L’honorable juge Conrad Chapdelaine a exprimé que le témoignage du plaignant était crédible et fiable, tandis que la version de l’accusé était frivole, peu crédible et peu convaincante.

Danny Abel a donc été condamné pour attouchements sexuels, incitation à des contacts sexuels et aussi d’avoir rendu accessible du matériel sexuellement pornographique à une personne d’âge mineure au moment des faits reprochés. Danny Abel faisait également face à de nombreux autres chefs d’accusation en lien avec des agressions sexuelles, cependant, un arrêt des procédures a été prononcé sur ce dernier chef.

En conclusion, l’honorable juge Conrad Chapdelaine a exprimé, vendredi dernier, lors de la décision rendue au palais de justice de Drummondville, que le témoignage du plaignant était crédible et fiable, qu’il avec témoigné avec aisance et spontanéité, tandis que la version de l’accusé était peu crédible et peu convaincante, en se basant sur le fait que plusieurs aspects du récit de l’accusé étaient demeurés sans réponses et que sa version des faits avait manqué de transparence et était évolutive au gré des questions.

Danny Abel demeure en liberté jusqu’à sa prochaine comparution

Danny Abel reviendra au palais de justice de Drummondville le 7 juin prochain pour les représentations sur la sentence. Les procureures ont également demandé la confection d’un rapport présentenciel, qui devra être acheminé au tribunal avant le retour en cours de l’accusé, qui connaîtra alors le sort que lui réserve le tribunal.

Danny Abel reconnu coupable de crimes sexuels sur un mineur © Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon