Publication de vidéos intimes sans consentement – Yann Desrosiers est condamné à un an de prison

Publication de vidéos intimes sans consentement – Yann Desrosiers est condamné à un an de prison
Yann Desrosiers © Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Le Drummondvillois Yann Desrosiers revenait en cours afin de connaître la sentence du juge à la suite d’une accusation en matière de publication d’images intimes obtenues lors de relations sexuelles, alors que la plaignante n’avait pas consenti à la diffusion de ces images, qui ont atteint plus d’un million de visionnements sur les sites de pornographie.

Yann Desrosiers est condamné à un an de prison © Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

Yann Desrosiers était de retour devant l’honorable juge Benoit Gagnon pour l’imposition de sa sentence, après avoir été reconnu coupable d’avoir sciemment rendu accessible sur Internet des vidéos intimes captées lors de relations sexuelles alors que la victime n’y avait pas consenti. C’était ce qu’il avait été possible d’apprendre lors du procès de l’accusé concernant les faits qui se sont déroulés à Drummondville.

Le juge a rappelé, lors du prononcé de la sentence, la gravité et les conséquences importantes pour la victime, mais aussi l’importance de protéger la victime dans ce dossier et la gravité de rendre publiques des images vidéo contre son gré.

« Malgré le peu de jurisprudence et les récents changements législatifs pour ce type d’infraction et les facteurs aggravants, le comportement et les agissements de l’accusé méritent sans équivoque une peine d’emprisonnement et de détention », a précisé le juge.

Faisant face à une peine de cinq ans, les procureurs en sont venus à proposer une sentence de douze mois et une probation de trois ans, suggestion qui a été entérinée par l’honorable juge Benoit Gagnon, qui a toutefois tenu à souligner la gravité de ce genre de crime et des effets néfastes ainsi que les conséquences importantes pour les victimes.

Le juge a évoqué peu de facteurs atténuants dans cette affaire, rappelant le nombre élevé de vues des vidéos intimes publiées en ligne par l’accusé. « Elle a été exposée dans des relations intimes sur Internet sans son consentement, des gestes graves qui méritent une peine d’emprisonnement », a-t-il conclu en entérinant la suggestion commune de la couronne, représentée par Me Vicky Smith, et de l’avocat de la défense, Me Jasmin Laperle.

En plus de prendre le chemin des cellules pour une sentence d’emprisonnement de douze mois, Yann Desrosiers s’est vu imposer une probation de trois ans durant laquelle il lui sera interdit d’accéder à tout site Web qui permet le partage de pornographie, comme xhamster, YouPorn ou Pornhub, en plus de devoir suivre les thérapies recommandées par son intervenant. Yann Desrosiers devra par ailleurs garder la paix, avoir une bonne conduite, en plus de se voir interdit de faire référence à la victime dans cette affaire sur les réseaux sociaux.

Yann Desrosiers a pris le chemin des cellules escorté des constables spéciaux et des agents de la Sûreté du Québec.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon