Résidence 600 Bousquet – Cri du cœur, la collaboration de tous les intervenants est nécessaire pour le bien-être des aînés

Résidence 600 Bousquet – Cri du cœur, la collaboration de tous les intervenants est nécessaire pour le bien-être des aînés
600 Bousquet © Photo Éric Beaupré Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Depuis quelques jours, une problématique à la Résidence 600 Bousquet, à Drummondville, est gérée par la direction alors qu’elle est aux prises avec un manque de main-d’œuvre criant, comme de nombreuses organisations à travers le
Québec.

Après la mis au jour le 12 juin dernier par le Vingt55 d’une problématique dénoncée par le personnel de la résidence, les dirigeants du 600 Bousquets ont rapidement mis en œuvre une stratégie conjointement entre la direction, employés, syndicat et le CIUSSS.

Le copropriétaire de la Résidence 600 Bousquet, Luc Bergeron fait une mise à jour de la situation et lance un cri du cœur :

« Nous tenons à informer les gens que nous prenons cette pénurie de main-d’œuvre très au sérieux. Il en va du bien-être de nos aînés, de nos résidents. Nous suivons la situation de près, chaque heure, afin de pouvoir continuer à leur offrir des soins par du personnel attentionné et leur garantir un chez-soi confortable et sécuritaire en tout point », a tenu à expliquer d’entrée de jeu Luc Bergeron, copropriétaire de la résidence.

Cette pénurie de main-d’œuvre occasionne une réelle gymnastique pour la direction de la Résidence 600 Bousquet, où il a été entre autres demandé aux employés syndiqués de modifier momentanément leur quart de travail, alors que les gestionnaires sollicitent quotidiennement l’aide du CIUSS-Mauricie-Centre-du-Québec pour pallier aux quarts de travail qui se retrouvent à découvert et où plusieurs agences de placement ont également été mis à profit, dans la mesure du possible pour elles.

« Dans ce contexte, nous tenons à remercier le CIUSSS-Mauricie-Centre-du-Québec de son apport depuis que la situation est plus difficile au 600 Bousquet. Ses employés contribuent à maintenir un service de première ligne à nos résidents et c’est grandement apprécié. Nous souhaitons d’ailleurs leur réitérer que nous avons encore grand besoin de leur support et de leur aide d’ici à ce que la situation se résorbe et que le tout revienne à la normale », a souligné le copropriétaire, Luc Bergeron.

Cri du cœur

Pour continuer d’offrir un milieu de vie adéquat à l’ensemble des 22 résidents de l’unité prothétique (avec soins), il appert que toutes les intervenantes et tous les intervenants liés au 600 Bousquet – direction, employés, syndicat, CIUSSS – doivent travailler main dans la main. « Il faut tous travailler ensemble pour le bien-être de nos aînés dans une situation qui est difficile, mais circonstancielle. Je suis convaincu que nous pouvons tous faire le “petit plus” qui fera la différence et qui nous permettra de maintenir en activité cette résidence, pour nos aînés de Drummondville », a renchéri M. Bergeron.

Et finalement, « évidemment, en pareille circonstance, je vous confirme que nous ouvrons grands les bras à ceux et celles qui ont à cœur le bien-être de nos aînés et qui souhaitent venir travailler chez nous. Nous offrons de bonnes conditions d’emploi et ils seront accueillis avec joie! », a conclu M. Luc Bergeron

 

Eric Beaupré
Eric Beaupré
RéDACTEUR_EN_CHEF
PROFIL

Les derniers articles

Populaire en ce moment