L’Odyssée Resto Ambiance mis à l’amende par les inspecteurs en alimentation

L’Odyssée Resto Ambiance mis à l’amende par les inspecteurs en alimentation
© Photo Éric Beaupré.

© Photos Éric Beaupré.

DRUMMONDVILLE

La lecture d’un rapport du MAPAQ datant de juin 2018 et obtenu par le Vingt55 révèle plusieurs problématiques notées par deux inspecteurs qui ont visité L’Odyssée Resto Ambiance de Drummondville.

«Un texte dévastateur d’un journaliste du Journal de Montréal qui n’est même pas venu constater la situation lui-même», déplore le copropriétaire du restaurant, Hugo Leclerc.

«Deux souris trouvées dans la section entrepôts de l’édifice centenaire, qui se trouve à une centaine de mètres de nos cuisines et non pas sur les tablettes des cuisines, une nuance qu’aurait dû établir plus clairement le journaliste», fait valoir M. Leclerc.

Comme le révélait Vincent Larin du Journal de Montréal dans un texte publié le 5 octobre 2018 et de la lecture du rapport d’inspection obtenu par le Vingt55 et rédigé par deux inspecteurs autorisés du MAPAQ, le tout soulève de nombreux manquements aux normes de la salubrité.

Deux rapports détaillés

Le 1er rapport date du 11 janvier 2018 et soulevait plusieurs constats de non-conformité et, une série de recommandations a été déposée et remise aux propriétaires des lieux.

Le 6 juin 2018, une seconde visite a noté plusieurs manquements et des recommandations pour améliorer certains éléments.

Cependant une visite du MAPAQ, au cours des derniers jours, a satisfait les inspecteurs, selon Hugo Leclerc

M. Leclerc s’explique et répond publiquement

Hugo Leclerc n’a pas cherché à se défiler et il a livré ses commentaires en toute sincérité.

«Oui nous avons été pris en défauts et nous avons promptement réagi et nous avons aussitôt débuté les travaux, afin de nous soumettre aux recommandations et aux demandes du MAPAQ. Autant pour nous que nos clients, la situation a grandement changé depuis. Nous nous faisons un devoir de rendre autant la cuisine que nos entrepôts conformes et propres.»

M. Leclerc a accepté de faire visiter les locaux et les entrepôts de l’établissement sans préavis. Une visite concluante et rassurante qui permet de mieux comprendre autant le rapport que la version des copropriétaires.

Images et montage : ProcomMédia

Des restaurateurs interrogés soulèvent des interrogations

«Ce restaurant a été mis à l’amende et il n’a pas été fermé» soutient un restaurateur. «Mais le mal est fait», rappelant que ce genre de rapport est souvent dévastateur et qu’ils sont souvent rapportés sans grande élaboration par les médias.

Sans défendre ni expliquer le dossier de l’Odyssée, la majorité des restaurateurs contactés par le Vingt55 s’entendent qu’il est difficile de se conformer à 100%.

«C’est presque impossible, d’autant plus que les visites surprises sont souvent faites lors de moments de grands achalandages. Ils arrivent très rarement à 8 h du matin à l’ouverture. Température des aliments, bacs de nettoyage, couverts oubliés, stainless nettoyé rapidement, c’est le lot quotidien et la réalité.

Les établissements sont tous différents au-delà de la cuisine. Bien sûr qu’un bâtiment neuf risque de moins présenter de problèmes qu’un commerce du centre-ville centenaire. Mulots ou vermine cachés dans un coin de sous-bâtiment ou une section où la nourriture n’est pas exposée. Oui, au centre-ville, ils (MAPAQ) ont plus de chances d’en trouver que sur le bord de la 20 dans un bâtiment quatre façades hermétiques, et encore!… explique un restaurateur questionné.

Rapports et recommandations technique peu nuancés

«Rendu là, un inspecteur en bâtiment pourrait tout aussi bien faire fermer un commerce que le MAPAQ, s’ils appliquaient à la lettre le code du bâtiment», fait valoir un autre commerçant.

«Ce genre de rapports médiatisés est souvent dévastateur. En effet, avec des termes complexe ou moins nuancés prêtent à interprétation dans un lexique que de nombreux clients ne connaissent pas. Si le MAPAQ faisait l’inspection à l’ouverture de tous les commerces et qu’ils exigeaient la conformité sur le champ, vous verriez alors les portes se fermer l’une après l’autre dans les centres-villes», croient un autre restaurateur qui préfère garder l’anonymat.

 

Hugo et Richard Leclerc © Photo Éric Beaupré.

Les propriétaires font face a la musique et aux musiciens 

Les deux copropriétaires Hugo et Richard Leclerc invitent les clients septiques ou inquiets à venir visiter le restaurant. «Nous leurs ouvrons autant notre section restaurant, bar que nos cuisines et nos entrepôts. Nous préférons jouer l’’honnêteté et la transparence» explique Hugo Leclerc au terme de l’entrevue.

FAITES CONNAÎTRE VOTRE ORGANISATION


Avec près de 190 000 vues par mois, le MÉDIA WEB  Vingt55 est un incontournable pour faire connaître votre organisation ou dévoiler vos événements à venir. Contactez-nous pour plus d’informations et connaître nos forfaits avantageux pour votre campagne de publicité.


Contactez immédiatement le

819 870-2930 poste 1

ou écrire à

ebeaupre@vingt55.com


Vous avez une nouvelle d’intérêt à partager ?


Si vous connaissez des hommes ou des femmes, des gens d’affaires de votre communauté, de votre quartier, qui méritent que l’on parle d’eux, faites-le nous savoir en nous faisant parvenir un texte avec les coordonnées des personnes concernées à nouvelles@vingt55.com  ou appelez la salle de nouvelles au 819 870-2930 poste 2 entre 9 h et 16 h.


Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon